Photos liées au tag 'conte d'Andersen'

Voir toutes les photos
03 juillet 2009

Il était une fois...

 

…dans un royaume lointain, un prince qui se languissait d’amour.

 

A l’aube de chaque jour, il partait à cheval défier les dunes…

 

un_conte

Avez-vous reconnu ?

 

Alors rendez-vous au prochain post

 

pour un voyage imaginaire aux couleurs d’or et de lumière

 

où tous les rêves sont possibles …

 

indice

 

 **** un petit indice ****

 


02 juillet 2009

La princesse au pOis... acte I & acte II

 

 


 

i_ombr_l y avait une fois un prince qui voulait épouser une princesse.

mais une princesse véritable. Il fit donc le tour du monde

pour en trouver une, et, à la vérité,

les princesses ne manquaient pas ;

mais il ne pouvait jamais s’assurer si c’étaient de véritables princesses ;

toujours quelque chose en elles lui paraissait suspect.

 

acte_I

En conséquence, il revint bien affligé de n’avoir pas trouvé ce qu’il désirait. Un soir,il faisait un temps    horrible, les éclairs se croisaient, le tonnerre grondait, la pluie tombait à torrents ; c’était épouvantable ! Quelqu’un frappa à la porte du château, et le vieux roi s’empressa d’ouvrir.

 

 

c_ombr_’était une princesse. Mais grand Dieu !

comme la pluie et l’orage l’avaient arrangée !

L’eau ruisselait de ses cheveux et de ses vêtements,

entrait par la pointe dans ses souliers, et sortait par le talon.


 

Néanmoins, elle se donna pour une véritable princesse.

 

 

acte_II

illustrations  **** Dame la Lune ****

suite au prochain post...

La princesse au pOis... acte III & épilogue

guillemets

C’est ce que nous saurons bientôt ! »

pensa la reine.

Puis, sans rien dire, elle entra dans la chambre à coucher,

ôta toute la literie, et mit un pois au fond du lit.

 

Ensuite, elle prit vingt matelas, qu’elle étendit sur le pois,

et encore vingt édredons, qu’elle entassa par-dessus les matelas.

 

C’était la couche destinée à la princesse.

Le lendemain matin, on lui demanda comment elle avait passé la nuit.

 

ACTE_III

 

« Bien mal ! répondit-elle ; à peine si j’ai fermé les yeux de toute la nuit !

Dieu sait ce qu’il y avait dans le lit ; c’était quelque chose de dure

qui m’a rendu la peau toute violette. Quel supplice ! »

 

******

****   l'épilogue   ****

 

******


 

acette réponse, on reconnut que c’était une véritable princesse,

puisqu’elle avait senti un pois à travers vingt matelas et vingt édredons,

Quelle femme, sinon une princesse,

pouvait avoir la peau aussi délicate ?

   

Le prince, bien convaincu que c’était une véritable princesse,

la prit pour femme, et le pois fut placé dans le musée,

où il doit se trouver encore, à moins qu’un amateur ne l’ait enlevé.


 

Voilà une histoire aussi véritable que la princesse !

 

FIN

Nombreuses possibilités d'illustrations de **** Dame la Lune ****

pensez à contacter l'auteur pour toute étude de projets